chroma logo

AUX ÉCRANS DU RÉEL
Festival de films documentaires
18 ème édition

affiche349x524_2017_Chroma-relecV2.jpg

 

Séance d’ouverture jeudi 23 novembre 2017 à 20h30

Les Cinéastes, 42 place des Comtes du Maine, Le Mans

CHOEURS EN EXIL

2015, 77 min
Réalisation : Nathalie ROSSETTI & Turi FINOCCHIARO

aram virginia riviere Aux ecrans du reel 2017Aram et Virginia, un couple d’Arméniens de la diaspora transmet à une troupe d’acteurs européens une tradition d’art ancestral menacé de disparition. Le couple emmène la compagnie dans un voyage en Anatolie où la civilisation arménienne a été anéantie. Un parcours initiatique où les sons, la musique, les corps et les cris racontent une mémoire et un avenir.

 

 ////////////////////

Vendredi 24 novembre à 20h30

Le Royal, 409 Avenue Félix Géneslay

> POUR UNE GOUTTE D'OR

Réalisation : Damien CRETINON

2017, 24 min

Pour une goutte dor Aux ecrans du reel 2017Quand la saison l’exige, sur les contreforts des Chambarans, tourne l’antique roue du moulin Pion-Vignon. Ici, des générations de mouliniers ont répété les gestes qui perpétuent la riche histoire de l’huile de noix.

 

 

 

 > PERSONN'ELLES

Réalisation : Valérie-Anne MONIOT

2017, 99 min

AFFICHE A3CINEMA Personnelles VDEF

Ce documentaire à la première personne, nous présente « le cancer du sein vu par les patientes » : un kaléidoscope de femmes attachantes, battantes, avouant parfois leurs faiblesses, mais tentant de faire face le mieux possible à cette épreuve de la vie en gardant optimisme et joie de vivre.

 

 

 

  ////////////////////

Samedi 25 novembre à 14h

Le Royal, 409 Avenue Félix Géneslay

> BOLI BANA

Réalisation : Simon COULIBALY GILLARD

2017, 60 min

Boli Bana Aux ecrans du reel 2017Boli Bana est une immersion dans la tradition peuhl au Burkina Fasso. La tradition ethnographique se mêle ici à une approche poétique. À travers les yeux des enfants se dessine l’histoire d’un monde nomade et mystique.

 

 

 

> INTÉGRATION INCH'ALLAH

Réalisation : Pablo MUNOZ GOMEZ

2016, 59 min

Integration Aux ecrans du reel 2017Ils viennent d’arriver en Belgique : Syriens, Irakiens, Marocains vont devoir suivre un parcours d’intégration obligatoire en Flandre. Pour obtenir leur certificat, ils vont apprendre les us et coutumes de la Flandre et de la Belgique. Avec humour et tendresse, le film suit ces personnages
tout au long de leur parcours.

 

  ////////////////////

Samedi 25 novembre à 17h

Le Royal, 409 Avenue Félix Géneslay

> GUALAPURO

Réalisation : Yannick CHAUMEIL

2017, 70 min

Gualapuro Aux ecrans du reel 2017Luis et Célestine sont des paysans Kichwas dans la région d’Otavalo en Équateur. Ils cultivent principalement le maïs et les haricots et travaillent la terre avec leurs deux vaches. Au pays de Raphaël Correa et de la « révolution citoyenne », les petits paysans peinent à survivre.

 

 
 

  ////////////////////

Samedi 25 novembre à 20h30

Le Royal, 409 Avenue Félix Géneslay

> BOBOBOAKO

Réalisation : Marion LONGO

2017, 69 min

Boboboako Aux ecrans du reel 2017Qui sont ces nomades chasseurs-cueilleurs de la brousse tanzanienne qui vivent sans bétail ni agriculture, ni propriétés, sur les terres du grand Rift ?
Un jour, ils rêvent de posséder une moto !!!

 

 

 

> BRICKS

Réalisation : Quentin RAVELLI

2017, 83 min

bricks Aux ecrans du reel 2017Des carrières d’argile abandonnées aux crédits immobiliers impayés, les briques espagnoles incarnent le triomphe puis la faillite économique d’un pays.
Usines qui ferment la moitié de l’année, ville-fantôme curieusement habitée, guerre populaire contre les expropriations orchestrées par les banques…

 

  ////////////////////

Dimanche 26 novembre à 14h

Le Royal, 409 Avenue Félix Géneslay

> GUILLAUME DEPARDIEU, ITINÉRAIRE D'UN ENFANT TERRIBLE

Réalisation : Alexandre BITOUN

2017, 51 min

Depardieu Aux ecrans du reel 2017À travers les témoignages de celles et ceux qui l’ont côtoyé, le film propose de découvrir la  personnalité complexe de Guillaume Depardieu. C’est aussi l’histoire d’un destin qui se brise trop tôt, celui d’un homme blessé, d’un homme révolté, troublé dès l’enfance et auquel l’âge adulte n’aura apporté aucun apaisement. Un homme enfin, doué d’un talent rare, celui de pouvoir s’exprimer avec virtuosité à la fois en tant qu’acteur et en tant que musicien.

 

 

> AVEC MES ABEILLES

Réalisation : Anne BURLOT, Glenn BESNARD

2017, 52 min

Avec mes abeilles Aux ecrans du reel 2017Louis-Joseph, Anne-Françoise et Richard sont tombés amoureux des abeilles un peu par hasard. Si ces trois personnages sont tous singuliers, leur relation avec leurs protégées révèle une vision complémentaire du monde qui les entoure. Ce documentaire plein de poésie nous plonge au coeur de la ruche, au plus près des abeilles et des hommes qui ont décidé d’y consacrer une partie de leur vie , processus de réconciliation d’une société traumatisée.

 

  ////////////////////

Jeudi 30 novembre à 20h30

Ciné-Poche, 97 Grande-Rue (Cité Plantagenêt)

> BERLIN, SYMPHONIE D'UNE GRANDE VILLE

Réalisation : Walther RUTTMANN

1927, 79 min

berlin die sinfonie der grosstadt original Aux ecrans du reel 2017De l’aube jusqu’au soir, Walter Ruttmann dessine le portrait de la capitale allemande des années 20 alors en plein essor. Cette symphonie en 5 actes invente le cinéma en tant qu’art visuel grâce aux recherches sur les cadrages, les trucages optiques et le montage, sans oublier la musique en harmonie étroite avec l’image.

 

////////////////////

Vendredi 1er décembre à 18h

Ciné-Poche, 97 Grande-Rue (Cité Plantagenêt)

> OUR CITY

Réalisation : Maria TARANTINO

2015, 83 min

Bruxelles Aux ecrans du reel 2017Portrait mosaïque de Bruxelles en perpétuelle reconstruction, collage subjectif qui révèle à l’écran une ville aux multiples facettes à travers ceux qui l’habitent, la traversent et l’investissent de leur imaginaire : un poète iranien chauffeur de taxi, une artiste africaine, des aristocrates russes, des travailleurs turcs, bulgares, portugais sur un chantier, … tous belges. Film mélancolique et gracieux qui promène un regard horizontal par association d’idées ou de structures visuelles et qui, de ces identités d’entre deux mondes et de ces territoires chaotiques, crée un monde profondément émouvant.

////////////////////

Vendredi 1er décembre à 21h

Ciné-Poche, 97 Grande-Rue (Cité Plantagenêt)

> EN CONSTRUCCION

Réalisation : José Luis GUERIN

2001, 125 min

Barcelone Aux ecrans du reel 2017Tourné sur 18 mois au cours de la construction d’un immeuble moderne, au coeur du Barrio Chino de Barcelone, En construcción raconte la mutation sociale et la disparition d’un quartier, d’une culture. Cette chronique tournée presque exclusivement en plans fixes d’une grande rigueur esthétique, met en scène les travailleurs du chantier et les derniers habitants du quartier.
Le regard posé sur les uns et les autres est toujours attentif, parfois amusé et porte une réflexion sur le temps qui passe, la nonpermanence des lieux et des êtres.

////////////////////

Samedi 2 décembre à 14h

Ciné-Poche, 97 Grande-Rue (Cité Plantagenêt)

> A PRAGA-LA PLAIE

Réalisation : Hélène ROBERT, Jeremy PERRIN

2013, 74 min

Porto Aux ecrans du reel 2017Des goélands dans la ville de Porto. Des pêcheurs les nourrissent, des scientifiques les observent, les habitants... Des rumeurs s’installent, les récits se succèdent, enflent au point de ne plus distinguer le vrai du faux et se répondent avec poésie, dévoilant peurs et fantasmes au travers de légendes animales. Il est question ici d’une lutte acharnée pour le territoire.

 

////////////////////

Samedi 2 décembre à 16h

Ciné-Poche, 97 Grande-Rue (Cité Plantagenêt)

> TOKYO BLUE

Réalisation : Sylvain GARASSUS

2014, 72 min

Tokyo Aux ecrans du reel 2017Depuis des années près de cinquante SDF vivent au bord de la rivière Arakawa au Nord de Tokyo, dans de petites maisons de toile bleue qu’ils se sont construites. Sylvain Garassus s’est installé au milieu d’eux et filme le quotidien de Takeda San et de ses compagnons menacés d’expulsion de Kasenjiki [L’endroit au bord de la rivière]. Une histoire de misère et de dignité dévoilant une réalité peu connue au Japon.

 

////////////////////

Samedi 2 décembre à 18h

Ciné-Poche, 97 Grande-Rue (Cité Plantagenêt)

> OFF TIME AND THE CITY

Réalisation : Terence DAVIES

2008, 72 min

Liverpool Aux ecrans du reel 2017 2En partie en noir et blanc, ce film dessine l’histoire de trois décennies cruciales pour l’Angleterre.
S’appuyant sur un montage d’archives et de prises de vues actuelles, Terence Davies égrène les souvenirs du Liverpool des années 40-50 qui l’a vu grandir, rythmés par des chants et soutenus par des choix musicaux bouleversants. Pour qui se laisse emporter, Of Time and the City est une absolue merveille, à l’image de cette consolation de Liszt qui ferme le film et nous émeut aux larmes. Et il y a le texte magnifique de Davies, invitation faite aux profanes à se réapproprier le sacré, si longtemps confisqué par la seule religion. Un texte tour à tour acerbe, drôle, désenchanté, poignant, lyrique, iconoclaste, irrévérencieux.
Ce film-poème est l’une des oeuvres les plus étonnantes que le cinéma anglais nous ait offertes ces vingt dernières années.

 

////////////////////

Samedi 2 décembre à 20h45

Ciné-Poche, 97 Grande-Rue (Cité Plantagenêt)

> À PROPOS DE NICE

Réalisation : Jean VIGO, Boris KAUFMAN

1930, 28 min, film muet

A propos de Nice 07 Aux ecrans du reel 2017Film muet sur le Nice d’entre les deux guerres : celui des classes populaires de la vieille ville et celui des nantis de la promenade des Anglais. Des images cocasses donnent à voir un monde dérisoire qui va sombrer. Un film politique et poétique, vibrant et audacieux où Vigo assume son « point de vue documenté ».

 

 

> SOUS UN CIEL LUMINEUX DE SON PAYS NATAL

Réalisation : Franssou PRENANT

2002, 48 min

Beyrouth Aux ecrans du reel 2017Tourné en 1995, avant que le centre de Beyrouth ne soit rasé et reconstruit, ce film montre les trous, les béances flottantes, les décombres des splendeurs en lambeaux. Pourtant la vie continue, les enfants plongent, la mer rassure et nettoie. Trois voix de femmes se relaient pour parler de leur ville, du ciel lumineux de leurs souvenirs, de leurs rêves. Leurs paroles montent à l’assaut du temps et de l’histoire et disent leur attachement intemporel à leur pays natal.

 

////////////////////

Dimanche 3 décembre à 10h

Ciné-Poche, 97 Grande-Rue (Cité Plantagenêt)

> SIMHA

Réalisation : Jérôme BLUMBERG

2015, 78 min

Arom Nagra Aux ecrans du reel 2017Simha raconte la vie de l’ethnomusicologue Simha Arom qui a fui l’Allemagne nazie et rejoint la Palestine où il apprend la musique. En 1963 il part en Centrafrique où il découvre la musique des Pygmées. Il passera le reste de sa vie à étudier et analyser la musique traditionnelle de plusieurs régions du monde, influençant également de grands compositeurs contemporains comme György Ligeti.
Jérôme Blumberg filme Simha dans son travail depuis 1990.

 

////////////////////

Dimanche 3 décembre à 14h

Ciné-Poche, 97 Grande-Rue (Cité Plantagenêt)

> BASKA BIR DAG. Une autre montagne

Réalisation : Anouck MANGEAT, Noémi AUBRY

2017, 82 min

bASKA BIR DAG Aux ecrans du reel 2017Sur les terres d’Anatolie, un dicton dit « Si l’un de tes yeux pleure, l’autre ne peut rire ». Si à l’est de la Turquie en guerre, les femmes kurdes combattantes grimpent dans les montagnes, à l’ouest, Burcu, Sinem et Ergül luttent avec d’autres armes. Kurdes, mères, féministes, elles se racontent d’Istanbul aux rives de la Mer noire, d’aujourd’hui aux années de dictature militaire des années 80 contre le nationalisme, la guerre, le patriarcat. C’est Une autre montagne qu’elles gravissent chaque jour.

 

> KOROPA

Réalisation : Laura HENNO

2016, 19 min

koropa3 Aux ecrans du reel 2017Dans la nuit noire, au large de l’ archipel des Comores, un enfant poursuit silencieusement l’apprentissage de son père « adoptif » pour devenir « com mandant ».
D’ici peu, il emmènera ses premiers « voyageurs ».

 

 

 ////////////////////

Dimanche 3 décembre à 16h

Ciné-Poche, 97 Grande-Rue (Cité Plantagenêt)

> MIDNIGT RAMBLERS

Réalisation : Jullian BALLESTER

2017, 57 min

Midnight Ramblers Aux ecrans du reel 2017Nuit après nuit, Kye, Tobie, Paul et Tattoo errent dans le labyrinthe des avenues et des ruelles de Montréal. Ils se soutiennent les uns les autres et la drogue les accompagne tous. Kye, la plus jeune, rêve parfois d’un ailleurs...

 

 

 

> THE SEA IS HISTORY

Réalisation : Louis HENDERSON

2016, 27 min

THE SEA IS HISTORY Aux ecrans du reel 2017Tourné en République dominicaine et en Haïti, The sea is history épouse le rythme du texte éponyme du poète caribéen Derek Walcott. Si tout commence à l’endroit où Christophe Colomb posa le pied en 1492, ce n’est pas pour célébrer la fameuse « découverte » de l’Amérique, mais pour errerdans les déserts de la modernité capitaliste et faire entendre le chant des morts de la traversée océanique.

 

////////////////////

Dimanche 3 décembre à 18h30

Ciné-Poche, 97 Grande-Rue (Cité Plantagenêt)

MÉMOIRE D'UN CONDAMNÉ

Réalisation : Sylvestre MEINZER

2016, 85 min

unnamed 2 Aux ecrans du reel 2017Jules Durand, docker-charbonnier et syndicaliste, est condamné à mort en 1910 pour un crime qu’il n’a pas commis. « Le Dreyfus des ouvriers » sera innocenté en 1918 par la Cour de Cassation, mais il finira ses jours en asile psychiatrique.

De cette affaire, il n’est resté aucune trace. Dans le Havre d’aujourd’hui, S. Meinzer rencontre les hommes et les femmes qu’il aurait pu côtoyer : syndicalistes, dockers, juge, avocat, psychiatre, voisins, famille... Chacun se souvient de cette histoire et interroge sa propre mémoire, les luttes ouvrières et la justice de classe dont il est le symbole.

////////////////////

 

REGARDS SUR LA VILLE 2017 / LES AUTEURS

Nathalie Rosseti Turi Finocchiaro Aux ecrans du reel 2017Nathalie ROSSETTI a travaillé comme scénariste et assistante à la réalisation en Italie et Belgique. À partir de 2000, avec son mari Turi Finocchiaro, ils réalisent et produisent leurs propres documentaires de création.(…)
Elle s’intéresse surtout aux sujets liés à l’art, l’anthropologie et la justice.

Turi FINOCCHIARO régisseur, directeur de production à Rome pendant 20 ans. En 1998 il commence à produire ses premiers documentaires. En 2004 il retourne en Belgique et collabore avec Nathalie Rossetti. Choeurs en exil est leur sixième documentaire. En 2007 ils créent en Italie le Faito Doc Festival, un Festival International du documentaire.

////////////////////

Ruttman Aux ecrans du reel 2017Walther RUTTMANN (1887-1941) réalise dans les années 20 quelques films abstraits mais c’est avec Berlin, symphonie d’une grande ville qu’il se fait une place dans l’histoire du cinéma allemand. Quelques années plus tard, il adhère à l’idéologie du IIIe Reich et devient l’auteur de films de propagande pour Goebbels.

 

 ////////////////////

Maria Tarentino photo Aux ecrans du reel 2017Maria TARANTINO née à Milan en 1972, s’oriente vers le cinéma en 2009. Son premier film Inside Out analyse les relations de pouvoir à l’intérieur d’une prison italienne, puis Kubita, la torture dans les prisons du Burundi. Elle monte
la maison de production Wildundomesticated et se consacre pendant cinq ans à la longue aventure de Our City.

////////////////////

foto Guerin Id Aux ecrans du reel 2017José Luis GUERIN né à Barcelone en 1960, réalisateur, scénariste et monteur. Après avoir réalisé En
construcción prix Goya du meilleur documentaire en 2001, il passe à la réalisation de longs-métrages de fiction.

////////////////////

imagesId Aux ecrans du reel 2017Hélène ROBERT diplômée des Beaux-arts de Caen et de Marseille, travaille comme photographe. Elle réalise un reportage sur le personnel pénitentiaire après une longue immersion dans la prison de Château-Thierry puis son premier court-métrage documentaire avec Elisabeth Pawlowski, Tout n’est pas le contraire de rien.

////////////////////

Perrin Aux ecrans du reel 2017Jeremy PERRIN : Institut d’Etudes Politiques de Grenoble, Conservatoire de musique de Lyon. Il a produit une série de reportages radiophoniques pour le festival Jazz à Vienne. La rencontre avec Hélène Robert lors d’un atelier d’écriture au Portugal fait naître l’idée d’un documentaire autour des légendes animales et urbaines.

////////////////////

sylvain garassus Aux ecrans du reel 2017Sylvain GARASSUS, chef opérateur et réalisateur a surtout travaillé dans le domaine du documentaire animalier. Vit entre la France et le Japon depuis 10 ans. Il a réalisé : Grandeurs Nature (2016), Un matin sur terre (2015) et Apron, l’incroyable aventure d’un poisson sentinelle (2014).

  ////////////////////

Terence Davies Aux ecrans du reel 2017Terence DAVIES né en 1945, il, a passé son enfance dans le milieu populaire de Liverpool. Il réalise entre
1976 et 1983 trois courts-métrages qui deviendront The Terence Davies Trilogy, suivis de Distant Voices, Still Lives et The Long Day Closes. Of time and the city en 2008, marque le grand retour du cinéaste à cette veine biographique.

  ////////////////////

jean vigo Aux ecrans du reel 2017Jean VIGO avec 4 films seulement influencera nombre de cinéastes dont Renoir, Buñuel et Truffaut. Fils d’un anarchiste assassiné dans des conditions obscures, il sera un cinéaste maudit : Zéro de conduite (1933) censuré, L’Atalante (1934) mutilée. Il meurt très jeune et reste porteur d’un cinéma social subversif entre la poésie et la révolte. Boris KAUFMAN, directeur de la photographie (qui serait le frère cadet de Dziga Vertov) émigré en France en 1927, fait la connaissance de Vigo à Nice et collabore avec lui sur 3 de ses 4 films.

////////////////////

Franssou Prenant idFranssou PRENANT fait ses études de cinéma à l’IDHEC. Elle a travaillé comme scripte avec Robert Bresson, comme monteuse avec Romain Goupil et Raymond Depardon, comme actrice avec Marco Ferreri et avec Raymond Depardon dans Empty Quarter.
Elle tourne des documentaires depuis 1975.

////////////////////

 

 16ème édition Concours 1er Doc  Palmarès 2017

Prix du jury  doté de 2500 €  :
Simon COULIBALY GILLARD   pour    BOLI  BANA
 
                                                                                                                                     
Prix du jury lycéen  doté de 500 €   :
Simon COULIBALY GILLARD  pour   BOLI  BANA
 
 
Prix du public  doté de 500 €  :
Alexandre BITOUN   pour    GUILLAUME  DEPARDIEU, ITINÉRAIRE D'UN ENFANT TERRIBLE

 

////////////////////

 

Discours de remise des prix du Jury professionnel :

24890687078 abd51a925c n

 

Le documentaire est un film, cela semble une évidence, et pourtant se joue dans ce postulat un

enjeu très fort et complexe.

Le réel n’est pas une matière unique, entière, simple dont il suffirait pour le capter de poser une

caméra et de déclencher son mécanisme d’enregistrement.

Mais où faudrait-il la poser d’abord et d’ailleurs faut-il la poser ou bien suivre, caméra au poing le

fil tortueux de l’action, de la vie.

Ces questions que l’on se pose à fortiori pour un premier film mais que l’on se pose tout au long

de notre vie de cinéaste, deviennent de plus en plus difficiles au fur et à mesure qu’avance le

processus de réalisation.

Oui, il faut se le « coltiner » le réel, l’ingurgiter, le faire macérer lentement dans les méandres de la

pensée, dans le filtre de nos émotions et de nos pérégrinations intellectuelles, pour mieux s’en

libérer et en proposer une interprétation.

Parce qu’après tout, si l’on admet que notre regard est un filtre, on admet aussi que le film est le

fruit de cette interprétation.

Ici aussi, nous pourrions nous arrêter là et dire « voilà ce que je vois, voilà comment ça m’émeut,

voilà comment j’ai envie de le raconter », oui et c’est déjà le bon chemin, mais c’est oublier qu’il

faut du temps, le regard transforme l’objet filmé qui à son tour modifie le regard, s’impose alors,

subtilement, sans que ce soit perceptible, un travail « collaboratif », un travail avec le réel.

Et là revient la matière, une matière qui devient objet cinématographique.

Et oui, nous parlons de cinéma, nous parlons de salle obscure et d’écran qui s’allume sur une

proposition cinématographique.

Tous les coups sont permis, l’immersion, le suivi essoufflé dans la brousse, le face à face avec

des mots crus, l’émotion d’une larme effacée furtivement, la voix qui commente ou qui met à

distance, les longs plans fixes sur des paysages intemporels, peu importe. Ce qui importe en

revanche, c’est le point de vue, une intention si forte et si assumée que l’objet devient cinéma.

Les écrans du réel avec le concours premier doc, nous ont fait la proposition d’une

programmation ô combien hétéroclite, traduisant le chemin parcouru par chacun, qu’ils viennent

d’école de cinéma, qu’ils viennent du terrain, que les films aient démarré à partir d’une émotion

ou d’un constat, chacun a eu un désir de film, si fort qu’il a eu le courage de le réaliser. Pour cela,

nous vous en remercions toutes et tous.

A l’unanimité, pour une expérience cinématographique de l’ordre de la sensation, de la poésie,

pour un regard d’une grande humanité, pour un travail du son et de l’image au service de la

rencontre avec l’autre, nous avons choisi de décerner le prix du jury au film BOLI BANA de Simon

Coulibaly Gillard.

38732782002 96b05948af n

 

Le jury professionnel :

Présidente   Catherine CATELLA , réalisatrice

Assistée de  Élisabeth LEUVREY, réalisatrice

                      Émile TRIMOREAU, producteur, pour l'OPCAL (Organisation de professionnels du cinéma et de l'audiovisuel ligériens)

                      Amélie BOISGARD, programmatrice cinéma Le Dietrich à Poitiers, pour l'ACOR (Association des Cinémas de l'Ouest pour la Recherche)

                      Aurélien LEGENDRE pour LMtv Le Mans Télévision

 ////////////////////

Discours de remise des prix du Jury lycéen :

 

26988022569 753f156822 n26987984189 9031a67430 n

On a beaucoup hésité pour savoir quel documentaire on allait choisir, et finalement nous avons décidé de remettre le prix du jury lycéen au film   Boli Bana de Simon COULIBALY GILLARD, pour son travail sur l'esthétique visuelle et sonore particulièrement abouti, pour sa façon de présenter de manière pudique des images pouvant paraître violentes, mais également pour son originalité, particulièrement sur la forme de documentaire.

 38763607761 0a6dfa3646 n

Le jury lycéen :

                        Yvan BUTTAUD-GALLOT-LAVALLÉE

                        Bérangère DUBOIS

                        Emma FATOUT

                        Nassria MOHAMED

                        Prescillia MOISY

                        Atika OUKACHE

                       Léa SÉVÈRE

élèves de première et terminale des lycées Bellevue, Montesquieu, Touchard-Washington et Yourcenar du Mans.